Let's talk/Mes coups de coeur/Mes coups de gueule/Une petite mise au point

La raison pour laquelle la journée de la femme est la plus grosse mascarade qui ait jamais existé

Bonjour à toutes et à tous!

Plusieurs mois que je n’ai pas écrit d’article et ce pour des raisons professionnelles et personnelles! L’envie, le temps, les projets, ma vie, toussa, toussa.

Sauf qu’aujourd’hui j’ai retrouvé la fougue d’écrire, encore et toujours, un billet humeurs. Parce que bon, avouons le, les circonstances s’y prêtent.

 

Screen Shot 2015-03-08 at 5.26.15 PM

Sous le titre un peu consipirationniste, se cache toute de même une réalité que j’ai du mal à accepter.

La journée de la femme. Depuis petite, j’entends les médias, la populasse me bassiner avec cette journée, sans que j’y comprenne vraiment l’intérêt…Une journée pour la femme! Et les hommes alors? Ils n’ont pas le droit à une journée qui leur est pleinement consacré? Apparue pour le première fois en 1909 (et ce d’après mon ami Wiki), j’aurais pu écrire le parti-pris d’une invention purement commerciale, afin que les hommes et les femmes puissent tomber dans les rouages de notre chère société de sur-consommation. Malheureusement, il s’avère que la journée de la femme soit une invention socialo-communiste! Le charme des paradoxes. Tantpis pour ma tronche! (Ça n’empêche qu’elle le soit devenu avec toutes les newsletter m’offrant des pourcentages dans ma boîte mail de cette nuit/ ce matin)

Ce qui m’agace le plus dans cette journée de la femme? C’est la journée de la femme, pardi! Dans une société qui nous bassine avec l’égalitarisme, en nous faisant croire que nous sommes l’égal des hommes, je trouve qu’il est vraiment mal-venu voir insultant de continuer à nous considérer comme des subalternes. Continuer à nous « offrir » une journée hautement symbolique pour nous endormir le reste de l’année. A mes yeux, cette journée est un non-sens!

385997

Screen Shot 2015-03-08 at 5.26.49 PM

Germaine, caissière à la retraite chez feu- Mammouth de Joncourt-sur-Marne (chez qui elle a travaillé à 45 ans à mi-temps, « histoire d’avoir un peu de sous pour elle ») trouve que cette fête est plaisante et met accessoirement trop de terracotta sur son visage. C’est mignon et ça lui permet d’avoir un bouquet de fleurs desséché de la station service du coin. Germaine a connu l’éveil civique de la conscience féminine, la dépénalisation de l’IVG, ainsi que son autorisation et la mise en marché de la pilule contraceptive…à travers le Journal du soir. Mais Germaine, a d’abord été femme au foyer pour élever ses enfants, à laver les pieds de George, son mari. Elle a été conditionné, éduqué à devenir une bonne mère responsable et une épouse dévouée, à satisfaire les besoins et les envies de son mari. Si elle est satisfaite tant mieux; c’est son bonheur qui prime. Ma mère et moi-même, sommes d’une autre génération: ma mère a du faire des sacrifices et s’acharner au travail. Elle fait partie de celles qui ont pu réussir, grâce à la ténacité et au culot. Sa génération fait partie de ceux qui ont du se prendre le Sida en pleine tronche, apprendre à apprivoiser la contraception. La première génération pour qui il était normal qu’une femme puisse travailler en même temps que son conjoint.

Ma génération fait partie de celles, qui ont eu, à priori, une enfance assez heureuse, mais qui bataille à l’âge adulte, ne serait-ce que pour avoir un emploi à la hauteur des diplômes et des compétences. Ce que je veux dire, c’est que Germaine ne se posait pas la question si Gérard, son collègue gagnait plus qu’elle pour le même boulot, et si c’était le cas elle ne n’aurait probablement pas explicitement manifesté cette injustice. La plupart d’entre-nous n’envisagent pas de se marier pour être femme au foyer, comme c’était la norme il y a pas si longtemps que ça. Ce n’est pas parce que je suis en ménage, que je dois tirer un trait sur ma vie professionnelle et m’accrocher au salaire de mon conjoint. Nous ne concevons plus cette option par défaut. Ce que je veux dire c’est que cette option n’est pas considéré comme la norme, mais comme un choix que NOUS faisons. Je ne conçois pas que le mec qui a partagé les mêmes bancs de la fac, ait écrit les mêmes examens que moi, obtenu le même diplôme que moi, travaille dans la même entreprise, avec la même fonction et la même charge de travail puisse gagner plus que moi, pour la seule raison et unique raison d’être anatomiquement complémentaire de la mienne. Je suis capable de gérer les caprices d’un gosse au rayon bonbons, biscuits options cadeau gratuit, autant que la tant convoitée autorité paternelle. Je ne suis pas fragile, je sais percer des murs, réparer des câbles électriques, poncer et foutre mes mains dans la boue s’il le faut. J’aimerais alors savoir pourquoi je devrais gagner moins qu’un homme. Peut-être parce qu’il a des *ouilles? Et bah moi, j’ai des *eins (dit unsse, c’est plus poétique) et ça compense larrrrrgemeeent les *ouilles!

Qu’une femme ait de l’ambition, qu’elle veuille devenir PDG d’une grande entreprise, entrepreneur ou bien encore député, peut parfois avoir des réactions ambivalentes. Des railleries, des moqueries où l’on remet en cause son autorité, son sérieux, sa force physique et psychique à gérer une équipe, un gouvernement, une entreprise.

Mais aussi, qu’on puisse, aussi, refuser ou avoir le projet de refuser le droit à l’éducation et au travail une catégorie de femmes sous couvert de « républicanisme » politique dans le seul but est de récupérer quelques voix aux prochaines élections, alors que ce dernier est un droit fondamental et que la France a été un des pays précurseur en matière des droits de l’homme. Qu’on puisse parler au nom de ces femmes (féministes compris), dénigrer leur opinions et convictions en prétextant qu’elles ne l’ont pas choisi de porter un fichu sur la tête, alors que ce sont ces mêmes pouvoirs publics qui les marginalisent, les empêchant par la même occasion de s’épanouir en tant que femme. Vous avez dis parité! Commençons par traiter les femmes de manière égale, ça serait pas mal aussi!

Mais encore: qu’on remette en cause le choix d’une femme à ne pas enfanter! Cela peut sembler ubuesque de ne pas connaître les joies de la vie de mère. Pourtant il faut prendre en considération que les priorités et les projets ne sont pas les mêmes pour tous et que certaines n’ont pas forcément envie ou n’ont pas la force d’avoir la responsabilité d’un enfant. Les gouts et les couleurs,ça ne se discute pas tout autant que certaines n’aiment pas 50 Shades of Grey, et il n’y a aucune raison à en être outré/ choquée/surprise.  Le désir d’avoir un enfant est tout autant égoïste que de ne pas en vouloir ! Chacun fait de son utérus et de son futur ce qu’il veut! A-MEN!

73686073

 

Screen Shot 2015-03-08 at 5.27.39 PM

Je suis féministe! Certainement! Mais pas de la manière que vous voudrez que je le sois! Pas à la manière d’une Badinter qui manifeste et culpabilise publiquement d’autres femmes sous le seule prétexte que, pour être une femme accomplie il faille suivre un modèle précis. ( à savoir que d’après elle,une femme voilée ne peut être féministe et encore moins femme)  Je ne suis pas une « Chienne de garde », parce que je n’ai pas besoin de « montrer les crocs » pour défendre mes droits, me faire respecter et imposer l’égalité. Je ne suis ni une pute, ni une soumise et j’ai pas besoin de le crier haut et fort sur tous les toits pour qu’on s’en rende compte!

J’aime être Angela Davis: trop foncée, trop communiste, trop suspecte au yeux de l’état US, mais à qui finalement tout réussi. Sa vision du féminisme est universel et non pas ethnocentrée comme il peut l’être en France! Qui défend le choix de toutes les femmes: des gays, des mères, des femmes au foyers, des femmes voilées, des femmes torturées, des femmes battues, des femmes prostitués, des femmes qui travaillent,de celles qui font des études, de celles qui comme Germaine travaillaient chez Mammouth… DE TOUTES LES FEMMES.

27950_0.preview

Je n’ai toujours pas répondu au titre, mais la réponse est dans mon développement: Les femmes n’ont pas besoin d’une fête une fois l’année, mais d’actions concrètes. Rien que l’existence de cette journée pose problème, parce qu’elle sert aujourd’hui à étouffer les problèmes qui existent dans notre quotidien.

 

Le débat est ouvert et je serais ravie, si vous pouviez exprimer votre avis sur la question! ( dans les règles de la bienséance, bien évidemment)  Que pensez-vous de la journée de la femme? Quelle est votre vision du féminisme? Que faudrait-il changer? Que reste-il à faire?

 

 

 

Suivez moi sur les réseaux sociaux!

(cliquez sur l’image pour être redirigé vers le lien)

Capture d’écran 2014-11-07 à 23.07.08Capture d’écran 2014-11-07 à 23.04.36

Publicités

Tu veux lacher un commentaire qui pue le style? C'est ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s